Mentoractions

Mentoraction, Reconnaissance de soi – 30 mars 2019

Les activités se sont déroulées sur une journée d’introspection guidée par nos 2 animatrices de choc qui avaient animé le congrès 2018, Alyshia et Christine. Ce Mentoraction, en partenariat avec l’AFFC avait pour but, que les femmes renforcent leur confiance en soi et se revalorisent en prenant conscience de leurs atouts et aptitudes. Elles ont profité d’une série d’atelier et d’activités interactives comme le yoga, la posture de l’héroïne, la face cachée de nos saboteurs, pour encourager, inspirer et motiver les participantes à prendre leur place sur le marché du travail et mener à terme leurs ambitions de réalisation de projets ou de carrières; Elles ont pu à tisser des liens entre femmes professionnelles et des jeunes femmes francophones dans un esprit de solidarité et d’encouragement. Au travers des échanges entre 8 mentors et 9 mentorées la journée a encouragé les jeunes femmes à s’exprimer sur les comportements sexistes pouvant exister dans leur vie. Elles ont pu définir quelles étaient leurs limites personnelles ce qui leur a renforcé leur confiance en soi pour réaliser leur projets et ambitions. Grâce à cette journée, les femmes présentes ont pu partager les défis et obstacles des femmes francophones oeuvrant dans diverses domaines en Colombie-Britannique comme l’informatique, l’entrepreneuriat, la recherche et la politique ou encore l’éducation. Les différentes activités ont proposé un cadre bienveillant qu’ont beaucoup apprécié les participantes à 80% “Oui, c’était bien d’avoir utilisé différentes façons d’expression tel que l’art”, “Belle atmosphère d’ouverture et de partage en toute sécurité, tout le monde a joué le jeu”. «Cet atelier est bénéfique à tout le monde, mentore ou mentorée» Certaines se sont dit que «c’était possible de rêver». Et d’autres ont fini par des commentaires comme quoi elles avaient «passé une super journée, rencontrée de belles femmes. Ça a été un jour inspirant, je repars boostée et motivée»

Francozone – 16 mars 2019 

Les activités se sont déroulées sur un après-midi, à Burnaby, grâce à l’invitation des services Téfiés, un service du conseil scolaire francophone dédié aux familles immigrantes. Les femmes immigrantes et ou réfugiées n’étant souvent pas à l’aise avec l’écriture ou les présentations classiques, l’animatrice Sophie Bizeul les a invité à se remémorer leurs parcours, telles des héroïnes, comme de leurs langues parlées ou écrites et la transmission de leur langue maternelle. Au travers des échanges entre les 24 femmes présentes, elles ont pu parler de leurs histoires, prendre confiance en elle, et des lieux et moyens de pratiquer leur langue première, le français et l’anglais. Elles ont pu apprendre des expériences des autres dans un esprit de soutien mutuel. 100% des participantes souhaiteraient avoir d’autres ateliers entre femmes. Et d’autres ont fini par des commentaires comme quoi elles avaient « n’avaient jamais pensé auparavant que de L’idée de parler de soi et de la communication avec ses enfants». L’atelier les as beaucoup enchanté»

Les filles et le sexisme – 20 novembre 2018

En Septembre 2018, nous avons été sollicités par la Fédération Canadienne des enseignantes et enseignants afin d’organiser des dialogues avec des jeunes francophones sur le thème de l’égalité des genres et le sexisme. Ces discussions étaient développées dans le cadre du projet ayant pour objectif de consulter des jeunes afin d’élaborer un plan visant l’atteinte de l’Objectif de Développement Durable 5 (ODD5) des Nations Unies concernant l’égalité entre les sexes. C’est avec plaisir que nous avons répondu à l’appel et embarqué dans l’aventure. Sophie Arsenault et Naomi Rechtman, des élèves de l’école secondaire Jules Vernes, embarquent alors dans le projet entant qu’animatrices du dialogue, accompagnées d’Amadea Charest comme preneuse de notes. C’est alors le 20 Novembre 2018, à l’école Jules Vernes que s’est déroulé l’atelier de discussion d’une durée de 2 heures avec 20 jeunes filles de 9e à 12e année des écoles francophones des Pionniers, Gabrielle Roy et Jules Vernes. De cette discussion est ressorti de nombreuses réflexions et prises de conscience pour certaines. Ainsi, Naomi a trouvé la rencontre « très intéressante puisqu’elle a permis de commencer de très belle discussion sur des sujets qui ne sont pas souvent abordés. », elle pense que ce genre de projet peut « faire des progrès dans la situation des sexes au Canada ». Sophie quant à elle, a été surprise « de voir à quel point des élèves peuvent se rapprocher en discutant d’un sujet qu’ils considèrent au-delà d’eux-mêmes », et qu’il leur était «facile de se retrouver en collaborant sur des résolutions aux problèmes qui les touchent le plus». En mars 2019, 84 groupes de discussions se sont également rencontrés à travers le Canada. Parmi les 300 jeunes participantes et participants aux différents ateliers, 27 jeunes dont Sophie A., ont été par la suite sélectionnées pour aller à Ottawa pour représenter leurs groupes afin de pouvoir ensemble rédiger une feuille de route qui présente au total 60 mesures et recommandations applicables à plusieurs niveaux à suivre afin de pouvoir arriver à l’atteinte de l’ODD5. De plus, cette feuille de route sera présentée officiellement lors de la conférence international Women Deliver qui se tiendra à Vancouver, du 03 au 06 Juin 2019.


No Replies to "Mentoractions"


    Got something to say?

    Some html is OK