Groupe d’entraide pour les parents d’enfants Extra-ordinaires

PORTRAIT

Rachelle Czerwinski, animatrice du groupe d’entraide pour les parents d’enfants Extra-ordinaires

Peux-tu me donner ta définition d’un enfant à besoin spécial ou Extra-ordinaire?
Pour moi un enfant à besoin spécial est un enfant dont les besoins physiques, mentaux, psychologiques demandent plus de temps et d’attention que la normale reconnue par le milieu médical.

Quelles raisons t’ont poussées à animer un groupe d’entraide (virtuel et en présence) pour parents d’enfants à besoins spéciaux?
Le désir d’aider a été mon moteur principal, puis d’apporter mon expérience en tant que parent devenu professionnel grâce à mon fils (mon fils extra-ordinaire a 32 ans cette année)! 

Peux-tu nous dire quelles sont les principales raisons pour lesquelles les parents d’enfants à besoins spéciaux se tournent vers les groupes d’entraide?
Les parents d’enfants à besoins spéciaux ont besoin d’une équipe pour les soutenir. Les professionnels de la santé font partie de cette équipe: Psychologues, neurologues, consultants en comportement etc…
En parallèle, il y a les autres parents qui offrent un soutien essentiel car ils partagent la même situation. En partageant leur situation avec d’autres parents on se sent beaucoup moins seul et ceci est une grande aide psychologique pour la santé mentale des parents. Ensuite entre parents on peut aussi partager les traitements qui ont fonctionné avec notre enfant, notre expérience avec les professionnels etc… Pouvoir parler avec un autre parent est souvent ce qui sauve un parent de la dépression.

 Y-a-t il des ressources autres que les groupes d’entraide pour les parents d’enfants à besoins spéciaux en français?
RésoSanté est la principale source d’information sur la santé en français en C-B. Malheureusement il n’y a pas beaucoup de resources en français pour les parents d’enfants à besoins spéciaux. 
HealthLink BC peut offrir les services d’un interprète sur demande. La Régie Provinciale de la Santé (Provincial Health Services Authority/PHSA) peut également offrir des services en français sur demande.

As-tu fait des études ou suivi une formation particulière?
Comme mentionné précédemment, mon fils a 32 ans cette année. J’ai donc appris à ses côtés de sa naissance à l’âge adulte. Et auprès des spécialistes du BC Children Hospital: neurologue, orthopédie, kiné et du milieu scolaire. Enfin, la transition vers l’âge adulte où tout change!

J’ai dû m’informer donc j’ai assisté à plusieurs ateliers au fil des années, j’ai aussi participé à des groupes d’études etc… C’est cette connaissance basée à la fois sur l’expérience et les études que je veux bien partager. 

Quel a été ton cheminement professionnel ?
J’ai fait des études en Sciences Politiques et  Économiques après le bac. J’ai ensuite travaillé chez Air France avant de me marier. Mon mari a travaillé  25 ans avec les Nations-Unies comme fonctionnaire international. Nous avons donc vécu dans plusieurs pays en expatriation: L’Afrique, l’Italie, la Chine, l’Egypte, la Russie pour finalement revenir nous ré-installer à Vancouver en 2005. Une fois de retour à Vancouver, j’ai fait une formation en interprétariat Français-Anglais. J’ai toujours aimé les langues étrangères.

À Vancouver, depuis 2007 je suis aussi un Parent-Ressource avec Family Support Institute, une organisation qui a un réseau d’environ 200 Parents-Ressource pour aider d’autres parents d’enfants extra-ordinaires en Colombie-Britannique. J’ai aussi animé des ateliers pour eux. 

Qu’aimes-tu le plus dans ton travail avec le groupe d’entraide ?
Le fait de pouvoir aider les familles

Quel est ton plus grand défi ?
Quand je ne peux pas aider car je n’ai pas les réponses à tout ☹

As-tu une anecdote ou une blague à partager avec nous ?
Mon nom polonais! Je suis d’origine malgache mais je porte un nom polonais, ça peut créer des surprises, je dis alors que je viens de la partie Sud Sud de la Pologne d’où ma peau bronzée!!! 

Quelle est la réaction des parents d’enfants à besoins spéciaux quand tu leur dis que tu peux les aider en français?
Soupir de soulagement, quelle bonne nouvelle etc..

 Sachant que l’accès aux services de santé en français est difficile en C.-B., comment te-sens-tu quand on te dit que tu fais partie de la solution?
J’adore faire partie de la solution, j’adore apporter des solutions aux problèmes, quoique il faut m’arrêter avant que je me mêle de ce qui ne me regarde pas comme dirait mon autre fils!